Vous avez une question ou besoin d'un devis personnalisé?

Contactez nous au +225 02 64 64 71 ou Inscrivez vous

CRÉATION D'ENTREPRISE EN COTE IVOIRE : Si vous êtes décidés et prêts à vous lancer dans le monde excitant de la création d'entreprise, il va falloir que vous choisissiez une structure juridique. De celle-ci découlera votre protection sociale, votre régime

CREATION D’ENTREPRISE EN COTE D’IVOIRE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES

Si vous êtes décidés et prêts à vous lancer dans le monde excitant de la création d'entreprise, il va falloir que vous choisissiez une structure juridique. De celle-ci découlera votre protection sociale, votre régime fiscal, les coûts à supporter et les formalités à accomplir.

I. Les différentes formes juridiques de l’entreprise :

Les entreprises individuelles.

EURL : Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (SARL unipersonnelle).

SARL : Société à responsabilité limitée.

SA : Société anonyme.

SAS : Société par actions simplifiée.

SASU : Société par actions simplifiée unipersonnelle.

SNC : Société en nom collectif.

II. Comment choisir ?

Il faut se poser des questions par rapport au projet que l’on veut créer, ses ambitions et la constitution du capital à la création.

- Anticipez-vous une activité très réduite ou un chiffre d'affaires important ?

Si vous anticipez une activité très réduite, les coûts de création et de fonctionnement d'une société ne sont peut-être pas justifiés et la simplicité de l'entreprise individuelle peut dans ce cas constituer un choix approprié.

- Aurez-vous besoin d'associer d'autres personnes au développement de votre activité ?

Si vous souhaitez, immédiatement ou dans un avenir proche, vous associer avec d'autres personnes pour développer votre activité, vous devez opter pour la création d'une société. L'entreprise individuelle n'est en effet pas une structure adaptée pour s'associer avec d'autres personnes ; elle doit être réservée à l'hypothèse d'un entrepreneur individuel qui souhaite exercer seul son activité (ce qui ne l'empêche toutefois pas d'employer des salariés). A l'inverse, avec une société, vous pouvez facilement (si vous le désirez) partager une partie du capital de la société avec d'autres personnes (qu'il s'agisse d'ailleurs de personnes physiques ou d'autres sociétés) : les nouveaux associés participeront alors financièrement aux résultats de l'entreprise en recevant une part des dividendes (cette part est généralement proportionnelle à leur part dans le capital).

- Est-ce que votre activité est susceptible de générer des pertes ?Si votre entreprise peut générer des pertes, créer une société vous permettra de mieux protéger votre patrimoine personnel et celui de votre conjoint (dans une société, le patrimoine de la société et le patrimoine des associés sont distincts et les créanciers de l'entreprise n'ont de recours que contre le patrimoine de la société ; dans une entreprise individuelle, le patrimoine de l'entreprise et le patrimoine de l'entrepreneur sont confondus et les créanciers de l'entreprise ont également un recours contre le patrimoine personnel de l'entrepreneur).

- Est-ce que votre activité est susceptible de générer un bénéfice très important ?

Si vous anticipez la réalisation d'importants bénéfices, vous serez taxé de manière plus importante avec une entreprise individuelle qu'avec une société soumise à l'impôt sur les sociétés. En effet, les bénéfices de l'entreprise individuelle sont taxés au niveau de l'entrepreneur selon le barème progressif de l'impôt sur le revenu (dont le taux marginal est proche de 50%), alors que l'impôt sur les sociétés est au maximum de 33 %.

La différence entre ces deux grands types de statuts:

Dans l’entreprise individuelle, l'entreprise et l'entrepreneur ne forment qu’une seule et même personne:

- Principal avantage : sa simplicité de constitution et de fonctionnement.

- Principal inconvénient : la responsabilité illimitée de l’entrepreneur, patrimoines personnel et professionnel étant juridiquement confondus. Cependant cet inconvénient est désormais atténué par la possibilité de protéger son habitation principale en établissant, devant notaire, une "déclaration d'insaisissabilité". L'entreprise individuelle est une des formes juridiques les plus utilisées. Elle représente environ 55 % du parc des entreprises.

Si le porteur de projet décide au contraire de constituer une société, il donne alors naissance à une nouvelle personne, totalement distincte, que l’on ne nomme « personne morale ».

- Principal avantage : le patrimoine du créateur est en principe protégé en cas de coup dur, les créanciers de l’entreprise ne pouvant saisir que ce qui appartient à cette dernière.

- Principal inconvénient : il n'agit pas en son nom, mais au nom et pour le compte d’une autre personne, l'entreprise. Il faut donc y mettre les formes, rendre des comptes et veiller à ne pas utiliser les biens de l’entreprise comme s’il s’agissait des siens.

Entreprise individuelle  Société

•             Une seule personne : l'entrepreneur

•             Principal avantage : simplicité de constitution et de fonctionnement

•             Principal inconvénient : confusion entre patrimoine personnel et patrimoine professionnel (mais possibilité de protéger son habitation principale en établissant devant notaire une "déclaration d'insaisissabilité")             •                Distinction entre l’entreprise, personne et le ou les associés

•             Principal avantage : séparation des patrimoines

•             Principal inconvénient : formalisme à respecter

Comment choisir entre différents types de société ?

Sociétés

•             Sociétés s'adaptant à tous les types de

Projets EURL : Entreprise unipersonnelle à

Responsabilité limitée

SARL : Société à responsabilité limitée

 

A noter : la SARL peut adopter la forme

Coopérative SCOP (Société coopérative

Ouvrière de production)

•             Sociétés d'adaptant aux projets innovants,

Start-up ou nécessitant des capitaux importants

SA : Société anonyme

SAS : Société par actions simplifiée

A noter : la SA peut adopter la forme

Coopérative SCOP (Société coopérative ouvrière de production)

•             Sociétés ayant pour objet d'exercer une activité commerciale.                EURL : Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

SARL : Société à responsabilité limitée

III. Un tableau comparatif des différentes formes juridiques

- Entreprise individuelle :

Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (celui-ci peut, bien évidemment, embaucher des salariés). Il n'y a pas de notion de capital social, l'entreprise et l'entrepreneur ne formant juridiquement qu'une seule et même personne. L'entrepreneur individuel est seul responsable sur l'ensemble de ses biens personnels (son habitation principale pourra éventuellement être protégée à compter de janvier 2004 en effectuant une déclaration d'insaisissabilité devant notaire). Il n'y a pas d'imposition au niveau de l'entreprise. Le chef d'entreprise est imposé directement au titre de l'impôt sur le revenu dans la catégorie correspondant à l'activité de l'entreprise.

- EURL:

Un seul associé (personne physique ou morale à l'exception d'une autre EURL). Le capital social est librement fixé par l'associé, pas de minimum obligatoire. L'EURL est dirigée par un gérant (obligatoirement personne physique) qui peut être soit l'associé unique, soit un tiers. La responsabilité de l'associé est limitée au montant de ses apports, sauf s'il a commis des fautes de gestion ou accordé des cautions à titre personnel. Il n'y a pas d'imposition au niveau de la société. L'associé unique est imposé directement au titre de l'impôt sur le revenu. L'EURL peut cependant opter pour l'impôt sur les sociétés. Le gérant prend les décisions, mais il est toutefois possible de limiter ses pouvoirs s'il n'est pas l'associé unique.

- SARL :

2 associés minimum - 100 maximum (personnes physiques ou morales). Le capital social est librement fixé par les associés, sans minimum obligatoire. La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), obligatoirement personne(s) physique(s). Le gérant peut être, soit l'un des associés, soit un tiers. La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports, sauf s'ils ont commis des fautes de gestion ou accordé des cautions à titre personnel. Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés. Il est toutefois possible d'opter pour l'impôt sur le revenu dans le cas de la SARL de famille. Les décisions de gestion courante sont prises par le gérant. Les décisions dépassant les pouvoirs du gérant sont prises en assemblée générale ordinaire (par exemple : l'approbation des comptes annuels...). Les décisions modifiant les statuts sont prises en assemblée générale extraordinaire (par exemple : le changement de siège social, la modification de l'activité...).

- SA (forme classique) :

7 associés minimum - pas de maximum (personnes physiques ou morales). Le capital minimal est de 37 000 euros. La SA est dirigée par un Conseil d'administration, comprenant 3 à 18 membres, obligatoirement actionnaires. Le Président est désigné par le Conseil d'administration parmi ses membres. Un directeur général peut également être nommé pour représenter la société et assurer sa gestion courante. La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports. Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés. Les décisions de gestion courante sont prises par le directeur général ou, s'il n'en existe pas, par le président. Assemblées générales ordinaires et extraordinaires : mêmes règles que dans les SARL.

- SAS / SASU :

1 associé minimum - pas de maximum (personne physique ou morale). Le capital minimal est, comme pour les sociétés anonymes, de 37 000 euros minimum. Les associés déterminent librement dans les statuts les règles d'organisation de la société. Ils ont seulement l’obligation de nommer un président, personne physique ou morale, associé ou non. La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports. Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés. Les associés déterminent librement dans les statuts les modalités d'adoption des décisions. Certaines décisions doivent cependant être obligatoirement prises collectivement (approbation des comptes, modification du capital...). La SASU n'est qu'une modalité de la SAS.

- SNC :

2 associés minimum - pas de maximum. Il n'y a pas de montant minimum de capital social obligatoire. La SNC est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), personne physique ou morale. Il peut s'agir, soit de l'un des associés, soit d'un tiers. Les associés sont responsables indéfiniment, sur l'ensemble de leurs biens personnels, et solidairement. Il n'y a pas d'imposition au niveau de la société. Chaque associé est personnellement imposé sur sa part de bénéfices au titre de l'impôt sur le revenu (dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux). La société peut toutefois opter pour l'impôt sur les sociétés. La prise de décision fonctionne comme pour les SAS/SASU.

DÉMARCHES ET PROCÉDURES

Dans le souci de simplifier les formalités de création d’une société, il a été institué un guichet unique de l’investissement. Localisé au Centre de Promotion des Investissements (CEPICI), sa compétence s'étend aux seules formalités de constitution de sociétés qui vont, stricto sensu, de l'enregistrement des statuts à la publication, de l’avis de création en passant par l'immatriculation de la société au registre de commerce et de crédit mobilier.

 Toutefois, et conformément tant à l'esprit de ces textes qu'aux recommandations faites par le Gouvernement en la matière, le CEPICI prend en charge, en aval, l’accomplissement de certaines formalités complémentaires de nature fiscale, sociale ou autres permettant de réaliser le suivi de l’entreprise. Toutes les formalités relatives à la constitution de société peuvent aussi être faites en s'adressant à des cabinets juridiques.

La constitution d'une société en Côte d'Ivoire suppose l'accomplissement d'un certain nombre de formalités (11 formalités dont sont destinataires 9 administrations). Cf. tableau ci-après :

 Etapes Administration destinataire       Pièces à fournir                Coût      Documents à obtenir

 1- Déclaration notariée de souscription et de versement          

  Notaire

- Récépissé de dépôt de fonds délivré par la banque

- Liste des souscripteurs

Montant des sommes versées par chacun

Bulletins de souscription en double exemplaires                             

 2- Enregistrement des statuts et de la déclaration notariée de souscription et de versement

 - à faire dans un délai d’un mois à compter de la date figurant sur les statuts-

 Direction de l’Enregistrement et du Timbre

Cité administrative, tour E 3ème étage porte 47

Tél : 20.22.52.29              

- 8 exemplaires originaux des statuts signés et paraphés.

 - Pour les SA 8 exemplaires du procès-verbal de l’assemblée constitutive et du procès-verbal du conseil.        - frais de timbre 500 FCFA sur chacune des feuilles de chaque exemplaire.

-Droit d'enregistrement 0,6% jusqu’à 5milliards de CFA de capital social

(0,2% pour plus de 5 milliards de FCFA)

- Pour les SA : enregistrement du PV de l’AG et du CA : 6000 FCFA

 Six exemplaires originaux des statuts enregistrés

 3- Dépôt des statuts au greffe du tribunal.

 Greffe du Tribunal d’Abidjan sous-sol du Palais de justice, porte 10

2 exemplaires des statuts préalablement enregistrés   5000FCFA          

 Récépissé de dépôt

 4- Immatriculation au registre du commerce et de crédit mobilier.       

Greffe du Tribunal D’Abidjan ou du tribunal du siège de la société        

- 5 formulaires d’inscription au registre disponibles au guichet unique 

1000 FCFA le jeu des 5 imprimés.

 10 000FCFA l'inscription au registre.     

2 formulaires portant la date et le numéro d’immatriculation au registre du commerce

 5- Publication de l'avis de création et d'immatriculation au registre de commerce et de crédit mobilier.

 Journal officiel

Fraternité matin             

Résumé dactylographié des statuts en deux exemplaires (avis)

6000 FCFA par ligne       

 6- Légalisation de l'avis.

 Les mairies

Mairie du plateau pour Abidjan              

- 3 exemplaires du journal de parution de l’avis visés par Fraternité Matin (600FCFA)  

1 500 FCFA (correspondant à l'acquisition de 3 timbres fiscaux)               

Trois exemplaires légalisés du journal de parution de l’avis

 7- Déclaration fiscale d'existence.

Direction Générale des Impôts ou centre des impôts compétent

Cité administrative

Tour E 12èmeétage       

Formulaire de déclaration fiscale d’existence à retirer 

 5 000FCFA.

                Attribution d’un numéro de compte contribuable porté sur le double de la déclaration fiscale d’existence remis au créateur d’entreprise

 8- Immatriculation au commerce extérieur.

 -concerne les entreprises dont les activités se déroulent à l’importation et/ou à l’exportation-            

CEPICI ou Ministère du Commerce extérieur immeuble CCIA 24ème étage

fiche de renseignement à retire

fiche d’immatriculation au registre du commerce

attestation de déclaration fiscale

formulaire de déclaration fiscale d’existence

attestation de patente

attestation de régularité fiscale

photocopie de la pièce d’identité du gérant

10 000 CFA         

Code importateur et code fiscal (renouvelable chaque année)

 9- Immatriculation de l'entreprise à la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS)

CNPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale)

5 agences à Abidjan, 15 à l’intérieur      

Formulaire d’immatriculation employeur à retirer et à remplir

Formulaire d’inscription au registre du commerce         

 Gratuit.

Matricule CNPS de l’employeur

10- Déclaration du personnel (Nationaux et non nationaux à l’exclusion des diplomates et fonctionnaires internationaux).

                CNPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale)

                Formulaire d’immatriculation pour chaque salarié

1 photo d’identité

1 copie d’extrait d’état civil ou d’identité gratuit.

 Carte d’assurance sociale comportant un matricule salarié

 11- Entrée et sortie de capitaux.

 Banque ou FINEX,cité financière, 10ème étage

 Formulaires à retirer dans les banques ou au FINEX     

Gratuit.               

Autorisation de transfert de capitaux

 Il existe en Côte d'Ivoire un nombre important de structures d'accueil aux investisseurs étrangers constituées pour la plupart d'organes étatiques mais aussi de regroupements professionnels.

L'investisseur étranger pourra ainsi s'adresser aux structures suivantes :

 > LES STRUCTURES D'APPUIS AUX ENTREPRISES :

 Ministère de l'Industrie et la Promotion du Secteur Privé :

Imm. CCIA 15ème  étage, BP V 65 ABIDJAN

Tel : (225) 20 21 30 89 / 20 21 30 88 / 90

Fax : (225) 20 21 64 74

Responsable: Mme Amah Marie TEHOUA (Ministre)

 1. LE CEPICI : Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire

  Créée le 29 Septembre 1993 et placé sous la tutelle du Premier Ministre, le Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) a pour objectif de promouvoir l'investissement privé, de manière à renforcer toutes les activités économiques aptes à contribuer à la création de richesses et d'emplois et à favoriser le développement des exportations de la Côte d'Ivoire.

 Le CEPICI joue un rôle d’accueil et d’information de premier plan pour l’investisseur, crée les moyens de facilitation à l’investissement et met en œuvre le Code des Investissements.

A l’occasion, le CEPICI crée des moyens d’expression à l’intention des opérateurs économiques ivoiriens à la recherche de débouchés à l’extérieur. Le dernier exemple en date est le PROCIM (Promouvoir la Côte d’Ivoire au Mondial 2006) qui a permis a des entreprises ivoiriens de prospecter de nouveaux marchés en Europe, principalement dans les trois villes hôtes de la sélection nationale lors du dernier Mondial de football : Hambourg, Stuttgart et Munich.

  Centre de Promotion des Investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI) :

Plateau, Imm CCIA 5 ème étage, 01 BP V 152 Abidjan.

Tél : (225) 20 21 40 70 / 72 et 20 21 40 76 / 78

Fax : (225) 20 21 40 71 / 20 21 01 06

Email : cepici@aviso.ci

Responsable: Pr Tchétché NGUESSAN (DG)

 2. LE BNETD : Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement

  Anciennement, Direction et Contrôle des Grands Travaux (DCGTx), le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) a été créé en 1978 en pleine période de « miracle économique ivoirien » pour conduire les grands projets de l’Etat et fournir un appui central en matière de stratégie, de programmation et de choix des investissements publics.

 Devenu société d'Etat en septembre 1994, le Bureau s'est imposé comme un instrument privilégié du gouvernement ivoirien en matière d'assistance - conseil et de maîtrise d'œuvre des grands projets d'investissement. Le BNETD gère également une banque de données techniques, économiques et financières nationales.

 Bureau National d'Études techniques et de développement (BNETD) :

Cocody, près Hôtel Ivoire, Bd Hassan II, 04 BP 945 ABIDJAN 04

Tel : (225) 22 44 28 05

Fax : (225) 22 44 56 66

Site Internet : www.bnetd.ci

Email : communication@bnetd.ci

Responsable : Don Mello AHOUA (DG)

  Comité de privatisation :

Plateau, 01 BP 1141 ABIDJAN 01

Indénié, côté polyclinique internationale

Tél : (225) 20 22 22 31 / 20 22 22 32 / 20 22 22 36

Fax : (225) 20 22 22 35

Responsable : Paul AGODIO

3. LA CCICI : Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire

  La Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire existe sous sa forme actuelle depuis le 08 Janvier 1992. Elle est en fait le regroupement de deux chambres autrefois autonomes : La Chambre de Commerce et la Chambre d’Industrie.

Dans son fonctionnement, la CCICI intervient dans l’appui aux entreprises qui souhaitent  développer un courant d’affaires à l’exportation ou désirant se lancer sur les marchés étrangers. Elle accueille aussi les sociétés étrangères qui souhaiteraient nouer des relations d’affaires avec la Côte-d’Ivoire.

Entre autres cadres d’intervention, nous pouvons citer :

-  L’information sur les règlementations douanières en Côte-d’Ivoire et à l’étranger

-  La facilitation des opérations à l’export

-  La promotion des produits ivoiriens à l’étranger

-  Etc.

 Chambre de Commerce et d'Industrie de Côte d'Ivoire (CCICI) :

Plateau, 6 avenue Joseph Anoma 01, BP 1399 - Abidjan 01

Tél : (225) 20 33.16.00

Fax : (225) 20 32 39 42 / 20 33 17 93 / 20 33 14 14

Email : yalexandre@chamco-ci.org

Président : Jean Louis BILLON (Président)

 4. LA CCIF - CI : Chambre de Commerce Française en Côte d’Ivoire

 La CCIF – CI a pour vocation première d'animer la communauté d'affaires franco-ivoirienne en organisant des événements de relations publiques, des rencontres de membres, des pavillons collectifs dans les foires et salons étrangers, des campagnes de promotion nationale, etc.

Par son action, elle permet à ses membres d'intégrer un réseau d'entreprises pour échanger des informations commerciales et bénéficier de l'appui et des expertises de ce réseau.

Avec environ 500 adhérents, la Chambre de Commerce Française en Côte d’Ivoire est un réseau puissant, un acteur incontournable pour ce qui concerne les questions d’ordre économique et les investissements.

 Chambre de commerce française en Côte d'Ivoire (CCIF-CI)

Marcory Zone 4 - Bd de Marseille - Immeuble Jean LEFEBVRE

Tél : (225) 21 25 82 06

Fax : (225) 21 24 10 00

Email : ccifci@ccif.ci

Responsable: Mr Michel TIZON (Président)

 

5. LA CGECI : Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire

 La CGECI succède au Conseil National du Patronat Ivoirien. Cette confédération a pour objectifs de :

       Faire prévaloir la liberté d'entreprise et l'économie de marché

       Elaborer toute politique visant à promouvoir le développement et le progrès des entreprises industrielles commerciales et de services.

 

Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) :

Plateau Imm. SIDAM, 12ème étage, 01 BP 8666 Abidjan 01

Tél : (225) 20 33 23 83

Fax : (225) 20 22 50 09

e-mail : cnpi@aviso.ci 

Président : Jean KACOU DIAGOU

 6. APEX/CI : Association pour la Promotion des Exportations de Côte d’Ivoire

L'APEX-CI est une Association privée ayant mandat d'Agence d'exécution des programmes conjoints de promotion des exportations du Secteur privé et de l'Etat de Côte d'Ivoire.

Les relations entre l'Etat de Côte d'Ivoire et l'APEX-CI sont régies par une Convention de financement Etat / APEX-CI.

Les relations entre l'APEX-CI et la Banque Mondiale sont régies par un Accord de Projet et un Accord de Crédit de Développement.

Les objectifs globaux de l’APEX – CI sont de favoriser la croissance soutenue des exportations ivoiriennes par :

       La réduction de la dépendance vis à vis des produits traditionnels ;

       L’accroissement de la part des exportations à forte valeur ajoutée ;   la diversification géographique des exportations

 APEX-CI (Association pour la Promotion des Exportation de Côte d'Ivoire) :

Plateau, Immeuble CCIA 3ème étage, 01 BP 3485 Abidjan 01

Tél : (225) 20 21 75 74 / 20 31 57 00

Fax : (225) 20 22 75 76

Directeur Général : Mr M'BENGUE Guy

Site Internet : http://www.apexci.org

7. LA BSTP-CI : Bourse de Sous-traitance  et de Partenariat de Côte d'Ivoire

  La Bourse de la Sous-traitance et du Partenariat de Côte d’Ivoire (BSTP-CI) est une organisation à but non lucratif, mise en place en 1997 par la FNISCI (Fédération Nationale des Industries et Services de Côte d’Ivoire), via CAP Développement, et sous la supervision technique de l’ONUDI qui fut associée au projet compte tenu de son expérience dans la mise en place des bourses de sous-traitance à travers le monde. Les autres organisations impliquées dans cette opération sont : CEPICI,  CCI CI, FDFP, FIPME, REAO, SIR.

 La BSTP-CI est spécialisée dans le développement des relations de sous-traitance et de partenariat entre entreprises. Pour rendre les entreprises locales performantes dans un environnement marqué par la concurrence internationale, la BSTP-CI accorde une place de choix au transfert de technologies et à la formation des opérateurs industriels locaux.

 Elle assure un suivi permanent des entreprises adhérentes, les informe des nouvelles technologies disponibles,  recense leurs besoins en matière de formation et d’équipement, et y apporte les réponses adéquates.  Son appartenance au réseau mondial des bourses de sous-traitance mis en place par l’ONUDI et son partenariat avec l’Association de Formation Professionnelle pour l’Industrie (AFPI), une entreprise française spécialisée dans la formation professionnelle industrielle, lui permettent d’être efficace dans son rôle.

 Bourse de Sous-traitance  et de Partenariat de Côte d'Ivoire :

BP 112 Post ‘entreprise Abidjan, Cedex 1 - Immeuble le général 5ème étage Plateau Abidjan

Tél : (225) 20 33 88 94

Fax : (225) 20 32 02 60

E-mail : bstp@comete.ci 

Directeur Général : M. Seydou TOURE

 8. LA ME : La Mission Economique de l'Ambassade de France en Côte d’Ivoire

 La Mission Économique a pour missions de :

-  Soutenir les efforts commerciaux des entreprises françaises exportatrices, et de celles qui sont déjà implantées localement. Participer à la promotion des investissements français dans le pays de résidence. Informer les industriels et les administrations locales sur l'offre française et, en partenariat avec l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), promouvoir la France comme site d'accueil des investissements directs étrangers.

 -  Analyser la situation économique et financière locale ainsi que les conditions d'accès au marché, au bénéfice des entreprises et de l'administration française. Participer à la mise en place de la coopération financière entre la France et le pays de résidence.

-  Contribuer par un travail de collecte et d'analyse de l'information à la définition des propositions de la France et de l'Union européenne au sein des instances multilatérales. La Mission Economique est également le relais, dans son pays d'implantation, des positions françaises sur les questions financières et commerciales dans le cadre communautaire, régionale et multilatérale.

 Mission Economique de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire :

Ambassade de France, 17 BP 151 Abidjan 17

Tél : (225) 20 25 55 00

Fax : (225) 20 21 88 42

E-mail : abidjan@missioneco.org Website : www.missioneco.org/cotedivoire   Chef de Poste : Jean DOLLE

> QUELQUES CABINETS JURIDIQUES

 Fiduciaire France Afrique (FFA Conseil) :

5, avenue Marchand, 01 BP 2715 Abidjan

Tél : (225) 20 21 11 15

Fax : (225) 20 21 12 59 

Contact : Pierre DJEDJE (Associé)

Cabinet Jean-Luc Ruelle

Rue Clément Ader, zone 4

Abidjan

Tél : (225) 21 35 09 10

Fax : (225) 21 35 30 98 

Contact : Jean Luc RUELLE

 KPMG CI

15 av Jacques Anoma, 01BP 5682 Abidjan

Tél : (225) 20 21 10 91